Sapeurs-Pompiers de Nice

Livre | Lt Colonel Olivier Riquier | Unis pour ne pas subir

Parution du Livre du Lt Colonel Olivier Riquier. Edition Carlo Zaglia.

Unis pour ne pas Subir

Tout au long de sa carrière, un commandant des Opérations de Secours se prépare à une crise de grande ampleur. Toutes les étapes de la vie d’un officier de sapeur-pompier lui permettent de se conditionner pour faire face à l’inimaginable. Le lieutenant-colonel Olivier Riquier fait partie de ceux qui n’ont de cesse de se préparer à la guerre, pour mieux servir. Le 14 juillet 2016, il va vivre l’impensable. Lui et ses sapeurs-pompiers vont tenter de sauver un maximum de personnes d’un attentat sans précédent commis sur la célèbre Promenade des Anglais. Ce soir-là, ils sont restés unis pour ne pas subir. Ce livre raconte cette terrible histoire. 

Son histoire !

Commander en Ligne

Lien Web pour commander votre exemplaire en Ligne : Unis pour de Pas Subir (Soldat du feu)

Les mots du Lt Colonel Olivier Riquier

J’ai écrit ce livre à la demande des éditions Carlo ZAGLIA (édition du soldat du feu magazine). Ma motivation principale a été de laisser une trace de cette intervention, mais également de l’aventure humaine qui a été la mienne durant les 7 années que j’ai pu passer à la tête des sapeurs-pompiers de Nice.

C’est également l’occasion pour moi d’évoquer :

-Le lien particulier qui m’unit à Nice et aux sapeurs-pompiers de Nice | Extrait :

« Ce lien qui m’unit à Nice est presque aussi fort que le lien qui m’unit aux sapeurs-pompiers de Nice. En effet, j’ai toujours été sapeur-pompier de Nice. Depuis le 1er septembre 1988, je porte sur l’épaule gauche avec fierté l’aigle de Nice, rouge sur fond bleu. Le même aigle que portait mon grand père qui entre à la « rue Hancy », la caserne historique des Sapeurs-Pompiers de Nice, le 1er septembre 1939 pour devenir sapeur-pompier professionnel, et le même que porte mon frère Frédéric, aujourd’hui chef de section comme son grand-père du centre d’incendie et de secours (CIS) Hancy. »

- Mon parcours jusqu’à ma prise de commandement.

- La préparation de mon unité aux opérations de grandes envergures et ma conception de commandement. | Extrait :

« il est vrai que j’ai une conception qui m’est propre du commandement. Je suis convaincu que le chef doit évoluer parmi ses hommes, au milieu d’eux chaque jour. Lorsque la tempête est là, il lui appartient pleinement de prendre la tête de la colonne pour guider et protéger ceux qui lui font confiance. » 
« Ensuite, il est également dans la nature même de sa fonction de chef de créer la cohésion nécessaire à la réalisation des missions de son unité. Réaliser l’unité des hommes a toujours 
fait partie des priorités qui sont les miennes. »

- La nuit du 14 juillet à travers les décisions prises, mais également le témoignage des sapeurs-pompiers. En effet la particularité du titre réside également dans le fait que j’ai pu utiliser les comptes rendus des sapeurs-pompiers que je leur ai demandé de m’établir dès les jours qui ont suivi l’intervention (et les témoignages sont poignants…) à l’identique de ce qu’a pu faire le général Philippe Boutinaud qui commandait la BSPP après les attentats de 2015. D’ailleurs le général fera de la BSPP la première unité de SP a nous inviter pour le RETEX du 14 juillet et ce fut un grand honneur pour moi d’avoir été reçu dans ce cadre à Champéret…

Les enjeux principaux de cette nuit-là sur le plan opérationnel ont été les suivants :

  • S’adapter à une zone d’intervention de 2 kilomètres. | Extrait : « Tout d’abord, je veux organiser les secours sur une zonequi s’étend sur deux kilomètres pour être le plus efficient possible. Je dispose de tous les officiers de mon groupementpour armer un dispositif Orsec-Novi. Mais un plan qu’il m’appartient dès lors d’adapter à une zone d’intervention particulière. Je décide de sectoriser l’intervention en deuxsecteurs géographiques, à l’identique des tactiques mises en oeuvre sur les feux de forêt, placés chacun sous les ordres d’un chef de colonne »
  • Eviter l’aggravation de l’état des victimes, en mettant en place un poste médical avancé. | Extrait :« Ensuite, après avoir établi la sectorisation qui prend en compte l’étendue géographique de l’intervention, je veux agir pour anticiper sur le nombre de victimes et limiter l’aggravation de leur état. Leur nombre exact est un enjeu fort en sachant que des personnes sont en cours de récupération en mer, d’autres sont réfugiées sur les plages, d’autres sur la chaussée de la Prom »… Aussi, après la demande de l’activation du plan Orsec-Novi 4e échelon, je décide de la mise en place d’un poste médical avancé. Ce qui me pousse à cette décision, c’est le fait que les victimes sont des polytraumatisées (il ne s’agit pas de blessés par balles d’armes de guerre qui nécessitent une évacuation immédiate vers un bloc opératoire.

Leurs pathologies doivent conduire à une stabilisation de leur état avant une évacuation vers un hôpital). »

  • Anticiper sur le sur attentat et l’attentat multi site. | Extrait :

« Et enfin, il est de mon devoir de prendre en compte le risque de sur-attentat et d’attentat multi-site. À ce moment, je suis très pessimiste sur le risque de sur-attentat sur la promenade compte tenu des informations diverses qui nous parviennent toujours au PC. »

Parution le 17 Juillet 2020

pompier_nice pompier sapeur pompier présentation

Ajouter un commentaire